• Dernière semaine en France et arrivée en Allemagne

    Par Cédric :
    25 avril 2008
           Après que mon père  soit reparti vers la creuse, nous sommes allés visiter les hospices de beaune. on a joué à la grande vadrouille, c'était marrant. Après on a pris direction Auxonnes sur une petite départementale tranquille.
    Alice est en pleine forme, je roule constamment derrière elle jusqu'a ce qu'elle boive de l'eau d'un robinet dans un cimetière, cela lui donnera la tourista ! et oui meme en France on n'est pas a l'abris de ce genre de choses ...
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>
    Dans les petits villages que l'on traverse, on constate que les employés municipaux ne connaissent que le roundup : c'est très laid, de l'herbe jaune partout, tout ça pour faire propre ??? et bien ils ont une drôle de notion du propre !!! c'est comme 90% des tracteurs que l'on croise,  ils ont tous un pulvérisateur au cul !!! et parfois quand on passe a proximité de l'un d'eux dans un champs, on s'en prend plein la figure car qu'il y ait du vent ou pas, ils doivent traiter. Et alors je me pose la question, contre qui dois-je porter plainte lors de mon prochain cancer ??? 
    <o:p> </o:p>
    Arrivée chez Alain et Claudine les deux espérantistes très sympa, on se rafraîchit, on se repose les jambes mais pas la tête car Alain est prof d'esperanto et nous avons droit à un cours intensif ! 

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p>
    Samedi 26 avril
             Nous accompagnons Alain et Claudine à la commémoration des 22 ans de la catastrophe de tchernobyl. Défilé dans les rues de Dijon et rendez-vous au Conseil Régional et à la préfecture pour remettre des études montrant qu'il est possible d'utiliser des alternatives au nucléaire.
             Après la commémoration, nous sommes retournés chez nos hôtes, nous avons plié bagages et nous sommes repartis alors qu'il était plus de  plus de 16h30. Il était tard et en plus nous nous sommes rallongé de 4km. Nous devions arriver à GY mais la nuit nous a rattrapé. Du coup, nous avons monté la tente dans un petit champ près d'un village. Au menu de ce soir : nouilles au thon (thon peché à la ligne biensur) et fromage.
     
    Dimanche 27 avril
             Debout à 8h30, décollage à 9h30. Nous avons battu un record. Une heure pour manger, faire la toilette, ranger le matos, plier la tente etc... Nous sommes en pleine forme et nous allons largement rattraper notre retard de 20 kms. On va rouler 102 Kms au total. Nous devions nous arrêter à Vesoul, mais nous n'avons pas trouvé la ville très accueillante, plutôt un peu glauque, donc nous avons poussé jusqu'à Mollans.
    <o:p> </o:p>
     
    Par Alice
              Nous arrivons à Mollans, lieu paisible qui nous change de la Nationale où les grosses voitures décapotables, Porsches et compagnie sont de sortie. L'essence ne doit pas être assez chère!
    Dans un virage, nous stoppons net pour acheter du miel à un petit apiculteur. Du bon miel d'accacia pour notre petit déjeuner!  Nous voyons au loin les Vosges qui se découpent dans le beau ciel bleu. Il y a des coins idéaux pour s'arrêter mais nous sommes si bien partis, de plus le temps pluvieux annoncé pour le lendemain, nous pousse à pédaler de plus belle. Nous arrivons à Lure (à toute allure), suivons la pancarte « camping », notre compteur affiche 100 km, et pensons donc à la bonne douche. Hélas que nenni, le gérant du camping, du haut de sa fenêtre nous informe que le camping n'ouvre qu'au 1er juin. Et oui les caravanes qui y sont, ont le droit car ce ne sont pas des touristes eux ! Ils bossent ! Bref il est 20h, nous cherchons entre une carrière, des lignes à Haute Tension  et une zone industrielle. Un petit chemin s'offre à nous, entre deux champs de colza, au bord de la rivière, de l'autre coté se trouve la carrière interdite au public. Bref après s'être lavés (Cédric un peu avec l'eau de la rivière qui semblait assez saine car riche en larves de trichoptères et éphémères), nous allons nous reposer dans notre tente : Cédric écrit son journal de bord et je commence à m'endormir tôt, pour une fois. Cedric entend une voiture arriver coté carrière, peut-etre des jeunes qui viennent squater et boire une bière ... quand tout a coup Cédric entend un petit "clic" qui ne ressemble pas a un décapsulage. Mauvais présentiment, mais trop tard : PAN , PAN, PAN, PAN, PAN, PAN !!!! Mais il fait nuit ?!! Qui sont ces imbéciles qui tirent près de nous dans la carrière fermée au public? Nous ne sommes pas très rassurés. Ils ont peut être bu? Re-coups de carabine, alors là, prudemment pour ne pas être pris pour du gibier, nous allons vers la route, nous arrêtons une voiture, appelons les gendarmes qui ne viendront pas, ou alors vraiment très tard, nous demandons au conducteur de nous éclairer et décampons pour nous installer juste devant l'entrée du camping. Nous apprendront que dans le coin, des gens braconnent la nuit avec des torches. En effet, c'est plus facile de viser un oiseau qui dort sur sa branche que lorsqu'il vole. Nous espérons grandement avoir fait "capoter" leur soirée à ces "maudits" braconniers. A part cela et après cela nous avons bien dormi.
     
    Lundi 28 avril
    <o:p> </o:p>
             Réveillés par ... la pluie. Une accalmie, nous décampons, tout est plié quand nous rencontrons le fils du gérant qui nous propose  de boire un café et nous propose une douche. Dommage tout est plié, et la pluie repointe son nez. Nous discutons un peu, lui aussi voudrait voyager mais plutôt en faisant Pékin Paris express. C'est sur, ce n'est pas le même voyage, ni la même aventure.
             Et puis comme à notre habitude, nous partons quand il commence à pleuvoir, à croire que la pluie est notre signal de départ. Il pleut de plus en plus, Cédric n'avance pas, est-ce le poids de ses sacoches, de son vélo ou les 110 km de la veille. Heureusement l'étape d'aujourd'hui n'est que de 30 km... dans les Vosges! Nous arrivons à Vescemont petit village situé sur le territoire de Belfort chez  Monique et Daniel, des cousins de Cédric. Le soir nous passons une agréable veillée devant la cheminée parabolique construite par Daniel.
     
    Mardi 29 avril
             Journée de repos, enfin!  Nous admirons le Lion de Belfort ainsi que les faucons crécerelles qui nichent dans les fortifications de Vauban à Belfort. On achète quelques bricoles qui nous manquait comme de l'impermeabilisant pour la tente.
     
    Mercredi 30 avril
             Départ vers Mulhouse. Il est 13h00, au revoir et merci à Monique et Daniel pour cet accueil. Cédric a été très content de les content de les revoir et aurait bien aimé voir le reste de la famille Alsacienne.
    Voici la pluie, nous pouvons y aller. Il fait froid en plus. Changement de tenue, celle de la pluie. C'est parti pour 65 km. Nous trouvons des pistes cyclables, super !! mais aucun bistrot d'ouvert pour se réchauffer. Les cigognes nous survolent et grâce à notre vélo couché, nous n'avons pas à nous tordre le cou pour les admirer. Ca descend, mais toujours pas de bar après 40 km. A 15h00 nous mangeons à Notre Dame du Chêne, et là, c'est un va et vient permanent de personnes qui viennent se recueillir, allumer un cierge, cela n arrête pas ! Et bien sur, c'est toujours dans ces moments là quand nous sommes prêts à partir que quelqu'un nous demande des choses sur les vélos. Cédric refait plusieurs fois l'historique du vélo couché. Il ne pleut plus mais il ne fait pas super chaud non plus. Un bar, chouette ! un petit thé va nous requinquer. Nous appelons Diane qui est là et qui est d'accord pour nous accueillir. Elle nous explique le chemin pour aller chez elle. Nous voila dans Mulhouse. Une premiere fois, je manque de tomber à cause de mes cales mais la deuxième fois, je tombe vraiment au ralenti, à un feu. Il faut faire quelque chose c'est trop dangereux, alors Cédric diminu le serrage de toutes nos cales. Je ferai attention aux freins avant qu'il ne soit trop tard!
             Nous trouvons l'appartement de Diane, facile le balcon est orné de drapeaux de prières  tibétains et d'un autre « Bure Stop » (Bure lieu qui a été choisi pour enfouir les déchets radioactifs pour des milliers d'années, non pas pour la qualité de son sol (failles, zones sismiques,...) mais parce que c'est une région vieillissante et sans travail. C'est aussi plus facile au gouvernement d'imposer ce lieu à la population locale quand la démographie n'est pas élevée. Tous les ans, il y a un festival pour montrer son désaccord. C'est au mois d'août à vérifier. Donc voici la solution du retraitement des déchets. Les scientifiques ont trouvé cela comme solution: les mettre dans un trou, le fermer et surtout dans 100 ans les oublier! Bravo! Déjà que Cogema ne sait plus où sont les sites d'extraction de l'uranium dans la Creuse, en France après 30 ans! Cela promet un bel avenir à nos chers enfants. Un mot arrêtons l'énergie nucléaire et remplaçons la par moins de gaspillage et d'autres façons de produire.)
             Après cet aparté, thé, cake, soupe et discussion prolongee avec Diane et son ami Jean Luc. Les chats restent cachés sous le lit nous ne les verrons presque pas. Nous appelons en espéranto Bernhard pour lui demander s'il peut nous accueillir chez lui à Freiburg. C'est laborieux avec cette langue que nous ne maîtrisons pas encore très bien mais c'est OK.
     
    Jeudi 1er mai
             Nous voulons aller à la 27 ème foire bio de Colmar, nous avons exactement 35 minutes pour nous préparer et prendre le train de 10h27. Je cours dans les rues par moment, Diane a pris son vélo pour aller plus vite et acheter le billet collectif. 7 minutes d'avance mais on attend un copain qui lui arrivera à 10h25! Les vélos sont dans le train et en voiture Simone. Les montagnes vosgiennes d'une fenêtre et de l'autre la plaine d'Alsace avec pour fond les montagnes de la Foret noire.
             Petit tour dans Colmar avec la navette. Dans la foire, "beaucoup de trucs pour bobos" dixit Cédric. Il y a quand même 5 associations contre le nucléaire: Les enfants de Tchernobyl, Stop Fessenheim, CSFR, Criirad et le Réseau Sortir du Nucléaire. En ce qui concerne les OGM, il y a Greenpeace, les verts mais je n'ai pas vu le stand de Vigilance OGM 36, heu 68! Petite parenthèse, vous avez encore jusqu'au 13 mai pour écrire aux députés que vous ne voulez pas d'OGM ni dans les champs, ni dans les assiettes. De plus, il y a une grande farandole blanche autour de l'Assemblée Nationale pour empêcher que les votes du Sénat viennent contaminer ceux des députés. Il faut être nombreux!
             Dans la foire bio, des vélos étranges font le plaisir des petits et des grands. Retour au bercail, nous soupons ensembles et nous laissons Diane toute seule avec ses chats, car ceux-ci ont fait le cirque la veille dans la nuit à cause de nous. Et oui nous avons perturbé leurs habitudes. Alors comme elle se lève à 4h00 du matin au moins qu'elle passe une bonne et courte nuit.
             Jean-Luc nous emmènera donc chez lui à coté de nids d'hirondelles, du coq et de l'église qui sonne tous les quarts d'heure.
     
    Vendredi  2 mai
     
             Petit déjeuner chez Jean-Luc et direction la casa de Diane. Les chats sont toujours cloitres sous le lit, nous pouvons sortir les affaires sans qu'ils ne s'échappent. Il est 11h00 quand nous partons et il ne pleut pas! Merci pour leur accueil généreux. Direction l'Allemagne, nous passons par Fessenheim. Nous rencontrons l'éclusier d'EDF car il y a des écluses et un barrage dans le canal (même plusieurs). Il est alsacien et a déjà vu beaucoup de vélos couchés qui grimpent les Vosges mais il reste dubitatif sur les bienfaits du vélo. Il préfère le vélo droit et trouve qu'en Allemagne les gens sont plus respectueux des vélos, ce qui est vrai. Des bateaux arrivent nous en profitons pour voir fonctionner l'écluse et en même temps nous regardons la plus vieille centrale nucléaire de France. Elle est bien sous le niveau du canal. Espérons qu'elle ne soit jamais inondée. Elle est souvent arrêtée à cause de problèmes. Ils vont bientôt la fermer, c'est ce qu'il y aurait de mieux à faire. Cote Allemand, les toits des maisons sont tres souvent equipes de panneaux solaires photovoltaïques ou de chauffe-eau solaires. Au loin quelques éoliennes.          On voit des vélos partout en ville, moins sur les grands axes. Et à Fribourg, c'est le royaume du vélo. Nous  verrons 2 vélos couchés ! Amsterdam c'est de la rigolade à coté. Le plus difficile a Fribourg, ce n'est pas de trouver une place pour la voiture, mais une place pour son vélo.
             Nous rencontrons Bernhard et parlons espéranto. Nous remarquons que nous devons faire des progrès en vocabulaire mais cela va venir à force de pratique.
             Petite balade dans la ville, glace délicieuse et deux fois moins cher qu'en France. On a l'impression de croquer dans le fruit. Après le dîner, nous lui montrons nos photos et voila. Dodo sous les toits.
     
    Samedi 3 mai
    <o:p> </o:p>
             Bernhard doit partir jouer (il est acteur) alors nous nous promenons, téléphonons à Manfred pour que demain, il nous fasse la visite de la ville et du quartier Vauban en Espéranto! Nous allons devenir bilingues. En ce moment c'est un peu le mélange de l'allemand, l'anglais et l'espéranto mais ça vient! La ville est très jolie et nous sommes allés dans un grand marché où les allemands mangent des Wurtz en sandwichs.
    <o:p> </o:p>
             Voila pour les nouvelles, cela prend du temps et cela n'est pas facile de toujours trouver un ordinateur au bon moment. Nous allons demander de l'aide pour les photos à Bernhard car il est aussi informaticien. Nous repartons manger une glace et visitons la ville.
    « Les photos du voyage en FranceDes photos d'Allemagne »

  • Commentaires

    1
    Laurence Hamon
    Dimanche 11 Mai 2008 à 16:08
    Bon courage et bonne route !
    Juste un petit mél de soutien et d'encouragement pour vous dire que je suis votre aventure avec attention et intéret ! Bon vent ! Laurence
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :