• Nous sommes toujours chez Paolo, le paysan bio italien.
    Demain  nous passons sur France Bleu Berry à 6h20, 8h35 puis 18h00 !
    Alors à demain pour les nouvelles fraiches !


    A Ciao tutti
    !

    ... et aussi comme ça en passant, aujourd'hui 26 avril 2010, Tchernobyl vient d'avoir 24 ans. Pour de nombreux ukrainiens, européens, russes et turques malades, le cauchemard n'est pas terminé. Exigez la sortie du nucléaire de toute urgence !  Surtout qu'avec les voitures électriques et la sècheresse de cette année, vous verrez que la France, championne mondiale du nucléaire va manquer d'électricité.

     



    votre commentaire
  • Pour finir le récit du Japon, n'oubliez pas de revoir les quelques dernières photos (ici) avec notamment les photos d'Hiroshima.


    votre commentaire
  • Du 13 au 15 novembre 2009 (84km)

    Nous voici donc partis sous un ciel très noir et menaçant en direction de l'un des plus sombres souvenirs de l'histoire de l'humanité : Hiroshima.

    La menace de la pluie ne nous empêche pas d'apprécier les paysages du littoral avec ces petits villages traditionnels de pêcheurs. Nous pédalons assez bien, à une vitesse moyenne de 22 km/h. La peur de rouler sous les averses nous fait probablement accélérer un peu. Au bout de 20 km, nous faisons une première pause thé et biscuit à proximité d'un marécage. En contemplant les nénuphars et autres plantes aquatiques, nous apercevons à 3 mètres du bord, un bout de ferraille qui ressemble à une cage ou un panier. L'envie nous prend de voir ce que c'est. Nous réussissons rapidement à attraper le bout de fer avec notre corde à linge terminée par une multi-clé à écrous. Pas facile de ramener ce gros poisson. Quelle surprise ! Nous ressortons de l'eau un magnifique vélo super équipé avec lumière et dynamo dans le moyeu, panier à commissions, protège dérailleur, etc. Nous laissons ce trésor sur le bord de la route en espérant qu'il servira à quelqu'un. Quelques kilomètres plus loin, nous croisons un cycliste voyageur chargé comme une bourrique. Avec un vélo comme ça, c'est sûrement un français. A tout hasard nous disons bonjour. Bingo ! Cocorico ! C'est un normand et il s'appelle Nicolas ! Nous allons nous installer pour le déjeuner sur le parking d'un convenient store où nous faisons le plein d'eau chaude pour le thé. Nico voyage avec un autre Nico, mais ils se sont séparés pour quelques temps avant de se retrouver plus loin. Partis pour un tour du monde, Il a commencé son voyage au Japon pour s'habituer au dépaysement et à la vie nomade dans un pays où il est facile de survivre. Nous discutons comme de vrais pipelettes si bien que l'après midi passe sans que l'on ne s'en aperçoive. Vers 17h00, la nuit tombe et la pluie finit par mettre un terme à notre conversation. Il nous reste une cinquantaine de kilomètres à parcourir. Cela ne va pas être une partie de plaisir. Plus nous approchons d'Hiroshima plus le trafic et la pluie se font intenses. Une erreur d'aiguillage nous conduit sur l'autoroute aérienne. Imaginez vous un peu l'effet que cela peut produire de se retrouver laàdessus aux heures de pointe, de nuit, trempés jusqu'aux os, sous la pluie. Au bout de 5 km, la police nous rattrape. Nous sommes presque contents qu'ils nous arrêtent. Peut-être vont-ils nous escorter, ou mieux, nous prendre en stop et nous faire descendre de ce cauchemard. Le vieux policier accompagné d'un jeune formé nous dit très en colère que ''mitchi ni gitencha DAME!'' (sur la route 2, les vélos sont interdits !). Alors nous lui répondons ''Gomen nasai, Hiroshima mitchi, gitencha dé, doko deska ?'' (pardon, mais la route pour Hiroshima, à vélo, c'est par où ?). Les deux policiers nous guident vers des escaliers et sans nous verbaliser, ils nous aident à porter les vélos tout en bas de la route aérienne et retournent trempés dans leur voiture après nous avoir souhaité bon courage et prudence. C'est bizarre, mais nous avons du mal à imaginer des policiers français agir de même aujourd'hui, surtout s'ils ont affaire à des étrangers?!
    Sortis de l'enfer de l'autoroute, nous nous retrouvons perdus sur les flancs de montagne dans la périphérie d'Hiroshima. C'est avec toutes les peines du monde que nous parvenons à rejoindre le centre ville et le mémorial où nous avons rendez-vous avec un couple d'espérantistes rencontrés au congrès national quelques semaines auparavant. Sous la galerie du musée, des dizaines de sans-domiciles dorment recroquevillés dans des cartons. Nous sommes trempés depuis plusieurs heures et le vent nous glace le corps. C'est certain, nous serions tombés malades si, à peine arrivés dans la maison de nos amis, nous n'avions pu prendre un bon bain chaud aux huiles essentielles. Sans aucun doute, le bain le plus apprécié de notre vie.
    Le lendemain, le temps est magnifique et très ensoleillé. Nos hôtes nous conseillent donc d'en profiter pour aller faire un tour sur l'île préférée des japonais. Nous partons de bonne heure en train pour arriver parmi les premiers sur l'île, lorsqu'il n'y a pas encore la foule. Ici aussi, les daims se baladent en liberté au milieu des visiteurs. Au pied de l'île, un village propose tout un tas de boutiques d'artisanat et notamment des pâtisseries préparées par un système complètement mécanisé. Et oui, nous sommes au Japon, on adore les robots !
    Autour des vieux temples, les arbres aux couleurs d'automne rendent la vue sublime, mais ce n'est rien comparé à la vue que l'on a depuis le sommet rocheux de l'île. La baie calme d'Hiroshima est d'un bleu intense et de l'horizon brumeux ressortent les montagnes. Au sommet, un temple continue d'entretenir la flamme d'Hiroshima, récoltée pendant le gigantesque incendie qu'a provoqué la bombe. Cette flamme continue de parcourir le monde entier en implorant la paix et le désarmement nucléaire.

    De retour de cette longue promenade nous allons contempler le soleil couchant au sommet d'une petite montagne à l'est d'Hiroshima. Vue depuis les hauteurs, Hiroshima est une ville moderne et entièrement reconstruite. Nous qui pensions arriver sur de vieilles ruines. Nos amis espérantistes qui sont des enfants d'Hiroshima, nous expliquent qu'après la bombe, il n'y avait plus d'espoir de vivre. Comment reconstruire quelque chose sur un tel lit de morts ? Et puis au bout de quelques mois, au milieu des ruines et des restes de cendres humaines, des fleurs ont commencé à repousser. L'esprit japonais qui est débordant de vie a repris le dessus. Les survivants ont pensé qu'il était impossible de laisser gagner la mort et la guerre. En regardant ces fleurs et ces arbres qui repoussaient sur les ruines, ils ont décidé que c'est la vie qui, plus que jamais, devait reprendre ses droits. Ces japonais du bout du monde devenaient dans le même temps les plus grands défenseurs de la paix. En parlant la langue internationale de la paix, nos guides nous immergent dans l'histoire d'Hiroshima avec une telle intensité que nous avons l'impression de vivre l'avant, l'après et l'heure H de la bombe. Après une approche par la discussion, la lecture de documents, puis la visite des lieux et du mémorial, nous avons eu droit à un vrai cours d'histoire. A quoi ressemblait la ville avant la bombe ? Qui étaient ses habitants ? Comment cela est-il arrivé ? Quel a été la force de l'explosion ? Qu'ont vu les gens ? Dans quels conditions sont-ils morts ? et après ? et aujourd'hui ?

    Voici un bref résumé des heures de discussions et de tous les documents qu'on nous a montrés. Les âmes sensibles peuvent sauter ce chapitre. Pour tout vous dire, nous deux qui sommes de vrais amoureux de la vie et de l'aventure humaine sur terre, nous sommes ressortis d'Hiroshima avec un certain dégoût envers cette humanité. Plus tard nous avons remonté la pente jusqu'à aimer à nouveau la vie, car il y a encore de la vie et des choses formidables sur terre qui en valent la peine. Nous espérons simplement que, vous qui lisez cette histoire, vous prendrez conscience que c'est aussi la votre et celle de vos enfants et qu'il est grand temps d'agir par vous même, sans attendre les ordres de ceux qui sont aux commandes (et fiers en plus) de puissances nucléaires aussi puissantes et destructrices.

     

    Hiroshima était, avant l'explosion, une ville étudiante et militaire. De nombreux bateaux de guerre étaient amarrés dans la baie et de nombreuses écoles et universités étaient implantées à Hiroshima. Donc, une population très jeune ! La ville était dense, les rues étroites se déroulaient entre des maisons basses en bois. Les commerces étaient très nombreux. A cette époque, le Japon n'avait pas beaucoup d'amis. Il faut dire qu'il avait fait couler pas mal de sang sur le grand continent asiatique, notamment en Chine et Corée. Peu de temps avant la bombe atomique, les américains faisaient déjà pleuvoir leurs bombes sur bon nombre de villes japonaises (Tokyo, Osaka, Kobé...). Les japonais avaient donc lancé une grande campagne de démolition des maisons traditionnelles en bois pour éviter que les incendies ne se propagent. Bizarrement, Hiroshima, qui faisait démolir ses maisons par les étudiants (nous avons rencontré l'un de ces étudiants survivants), n'était jamais la cible des bombardements. Et voilà, le 8 août qui arrive. Un avion passe haut dans le ciel, lâche LA bombe qui explose à presque 600 mètres d'altitude juste au dessus d'un hôpital. Une lumière blanche intense, un silence, puis un souffle d'une violence extrême et brûlant de plusieurs milliers de degrés tombant d'abord à la verticale puis, se propageant de tous les cotés, détruisant, brûlant, tuant et irradiant tout sur son passage. Au point zéro et à proximité, aucun survivant. Dans un rayon de deux kilomètres, tout est détruit, tout est en feu. Un gigantesque champignon de fumé s'élève dans le ciel. Des gens meurent debout avec des lambeaux de peau brûlée qui pendent de ce qui reste de leur corps. D'autres sont en flammes et courent se jeter dans une rivière déjà pleine de cadavres. Un peu plus tard, une pluie de cendres noires se met à tomber. Il fait froid, très froid, c'est l'hiver nucléaire. Dans le même temps, les bâtiments continuent de brûler. Les survivants, tous irradiés, sont assoiffés et cherchent de l'eau. Misu, misu, misu, (de l'eau, de l'eau, de l'eau...). Ceux qui trouvent de quoi boire s'irradient un peu plus, suffisamment pour mourir plus vite. Proche du point zéro, il y a un cimetière et certaines pierres tombales sont d'époque. Elles sont en granit et ont été fendues cassées où littéralement rongées par le souffle incandescent. Dans la campagne environnante, on a vu l'explosion. Les gens accourent et cherchent parmi les blessés et les cadavres, leurs parents ou leurs enfants. Parfois, ils les reconnaissent, juste par le son de leurs gémissements, par les restes de tissus collés à leur peau ou par leurs objets (chaussures, montres, sacs,...). Ils les transportent alors en dehors des ruines et assistent impuissants aux dernières heures de leur proche. Dans les jours suivants, on finit d'éteindre l'incendie. On se partage des cendres des défunts. On essaye de soigner ces nouvelles et très étranges voir horribles maladies. On apprend de nouveaux mots comme irradié, radioactivité. On creuse des trous partout et on enterre tous ces morts. Il faut aussi nettoyer la rivière qui est en putréfaction. Des scientifiques américains viennent prendre quelques photos et mesurent l'ampleur de l'explosion, puis s'en retournent dans leur grand pays qui devient de manière incontestable, la première puissance mondiale et le modèle de société idéal. Au lieu de servir d'exemple à ne pas suivre, les dirigeants du monde entier rêvent de cette formidable capacité de répandre la mort à grande échelle. Dans le mémorial, au milieu de toute cette histoire horrible, des documents secret défense américains montrent avec quelle froideur, les américains ont préparé la bombe. Une lettre d'Einstein au président américain, informe ce dernier que la bombe est presque prête. Einstein, malgré son intelligence, met son génial cerveau au service du pire. Pendant ce temps, les militaires bons chrétiens états-uniens choisissent le meilleur endroit pour tester leur diablerie. D'abord, il y a le choix du pays. Pourquoi pas l'Allemagne ? Et puis finalement, le Japon étant appauvri, sans alliés et sans amis, on peut le dégommer en étant certain qu'il ne pourra pas se protéger ni riposter. Après le choix du pays, il y a le choix de la ville. Kyoto ? Kobé ? Osaka ? Nagasaki ? Yokohama ? Hiroshima ? Kawasaki ? Quel ville détruire? Kyoto pourrait être choisie mais c'est l'ancienne capitale et il y a plein de vieux temples, ce serait dommage de détruire un site touristique. Après tout, les japonais ont déjà perdu la guerre et cette bombe n'est qu'un test. Finalement, Hiroshima est le meilleur endroit. Une ville jeune, dynamique, très peuplée, entourée de montagnes, facile à atteindre en avion. A Nagasaki aussi, on prévoit une surprise. Une bombe atomique avec une composition d'éléments radioactifs un peu différents.

    Cette bombe atomique a coûté cher aux contribuables américains. C'est pourquoi il fallait montrer que leur argent n'était pas utilisé en vain. Et puis dans la course à la connerie, le géant russe galope aussi en tête de peloton. Quand on veut mener l'humanité à sa perte, il faut être le premier n'est ce pas ?! C 'est le début de la guerre froide !

    Hiroshima a changé le monde. Le 8 août 1945, L'espèce humaine venait de se montrer la plus indigne des créatures terrestres. Depuis cette date, les dirigeants de tous pays ont continué de s'enfoncer dans la stupidité, en se menaçant les uns les autres avec des armes nucléaires toujours plus nombreuses et puissantes. Une espèce de folie qui conduit une poignée d'irresponsables à prendre en otage le reste de l'humanité (si on m'touche, j'fais tout péter !!!).

    Heureusement, ces fous sont minoritaires et de plus en plus de simples gens se rebellent face à cette intolérable menace. Au milieu de toute cette barbarie, les pacifistes font de plus en plus entendre leurs voix. Par exemple, le maire d'Hiroshima est à l'origine d'un mouvement mondial appelé : ''Les maires pour la paix''. Partout dans le monde, des maires de plus en plus nombreux s'engagent à travailler pour le désarmement nucléaire total avant 2020. Par le biais d'actions de protestation, de réunions, de pétitions, de lettres ouvertes, d'information de la population, et d'exemple en matière de respect des droits de l'Homme et de l'environnement, ces milliers de maires travaillent pour la restauration de la paix dans le monde. Voici selon nous, qui repartons très secoués d'Hiroshima, ce à quoi tout le monde devrait travailler au quotidien. Apprendre à faire la paix, apprendre à être en paix et apprendre à propager la paix.
    Nos amis espérantistes d'Hiroshima sont de jeunes retraités vivant avec peu de moyens. Mais au lieu de travailler comme doivent le faire de plus en plus de retraités, ils sont guides bénévoles de l'histoire d'Hiroshima et de la bombe.
    Le coeur encore tout retourné et plus pacifistes que jamais, nous repartons sur les vélos pour Fukuyama, Okayama, Kobé, et un dernier détour par Kyoto avant de rentrer à Osaka chez Arisa et finir ce beau périple au Japon.

     


    votre commentaire
  • Du 6 au 12 novembre (350 km)

    Notre traversée de l'île de Shikoku restera sans doute l'un des plus beaux moments de notre périple au Japon. Tout d'abord parce que nous avons souvent eu la possibilité de suivre des petites routes avec peu de trafic. Ensuite, parce que la tranquillité mêlée à la beauté des paysages d'automne et à la gentillesse des gens est à peu près tout ce qui peut rendre notre voyage heureux. Notre seul regret aura été de ne pas pouvoir rencontrer le professeur, philosophe et paysan  Manasobu Fukuoka, décédé au début de notre voyage. Nous vous invitons donc à prendre connaissance des ouvrages de ce grand homme qui a inventé et développé avec succès des méthodes culturales à la fois productives et respectueuses de la terre.

    Notre premier plaisir à peine débarqués sur l'île, vient d'une boulangerie. Par miracle nous trouvons du pain délicieux et des brioches pour le petit déjeuner, de quoi bien commencer la journée. Le marathon de la veille et la courte nuit sur le bateau nous incite à nous coucher de bonne heure. Nous consacrons donc toute notre fin de journée à la recherche du meilleur endroit pour camper. Il nous faudrait des toilettes à proximité, une vue splendide, une exposition à l'est pour que le soleil du matin nous lève et sèche la tente, bien sûr, des tables et des bancs, et surtout pas de voitures à proximité. Notre quête nous conduit dans un parc sur une petite montagne. Après une ascension très fatigante sur une route étroite et sinueuse, nous atteignons un beau parc tranquille d'où la vue panoramique sur la ville en contre bas nous jouera des tours. Car si nous passons une bonne soirée seuls, pendant la nuit sous les étoiles, cet endroit élevé devient le rendez-vous des amoureux. Les couples défilent sans cesse autour de notre tente pour contempler la vallée et l'éclairage de la ville qui se mêle au loin avec les étoiles. Bien sur, les filles qui sortent du restaurant rigolent facilement après avoir bu deux ou trois verres de saké et font taper leurs talons aiguilles sur les pavés. Parfois, en voyant notre tente, les couples s'auto-incitent à se taire et font de grands ''CHHUUUTT''. Après les sorties de restaurants, ce sont les départs en discothèque puis les retours. En clair, le défilé dure toute la nuit. Heureusement, pour les bivouacs suivants, nous sommes plus chanceux.

    En nous voyant sur nos vélos, les gens doivent nous prendre vraiment pour des malheureux, car plusieurs fois par jour, on nous donnent des biscuits, des bonbons, des pâtisseries... Les gens s'arrêtent même dans des magasins puis, nous rattrapent avec leur voiture pour nous arrêter et nous offrir ces présents. Sommes nous si maigres ? Nous finissons par comprendre ce qui nous arrive, Shikoku est très célèbre pour ses pèlerins et il est toujours bon et valorisable auprès du tout puissant d'offrir de la nourriture au pauvre pèlerin (surtout quand ils sont sur des vélos "d'handicapés"). L'île possède 88 temples (88 = chiffre porte bonheur) et il est dit qu'un pèlerinage autour de tous ces temples peut vous ouvrir à coup sûr les portes du paradis. Aujourd'hui, même si ces croyances persistent chez certains, de plus en plus de gens utilisent ce prétexte pour s'offrir une grande randonnée sur une très belle île. On pourrait parler de St Jacques de Compostelle à la japonaise. Le grand avantage d'être sur un chemin de pèlerinage en plus de la générosité des gens, c'est que l'on peut dormir partout, les policiers ne viennent pas nous virer. Généralement, nous dormons à proximité des aires de repos. Ce sont des endroits très pratiques car on peut y acheter des produits régionaux et on peut également prendre des douches chaudes dans les toilettes pour handicapés. Il y a aussi les tables, l'électricité, les endroits chauffés et l'eau bouillante à volonté. Bref, le luxe voire même le paradis lorsque l'on rajoute les cadeaux que nous donnent les employés après leur journée de travail. Une nuit, nous dormons sur une pelouse bien tondue de l'autre coté d'une aire de repos, en contrebas d'une digue. Au petit matin, nous sommes réveillés par des gens qui marchent et puis de temps à autre, nous entendons des POC ! ...POC ! ...CLAC ! Oups, nous avons dormi sur un terrain de golf.

    Le temps se détériore petit à petit. Il fait de plus en plus gris et froid. Parfois nous préférons carrément manger dans des petits restaurants qui s'avèrent être vraiment très bons marchés et délicieux. Perdus dans des petits villages de campagne, il faut parfois être très observateur pour découvrir ces petits établissements où nous pouvons nous régaler et nous réchauffer avec la spécialité locale : les oudons, (soupes de grosses nouilles fraîches). Finalement le temps se gâte et la pluie fait son apparition. Évidemment, c'est toujours dans ces moments là que nous ne trouvons pas d'endroits convenables pour passer la nuit. La fatigue, le froid et l'humidité étant favorables aux microbes, nous décidons un soir de nous faire plaisir. Après avoir demandé à quelques personnes, nous trouvons un splendide onsen où pour 5 euros chacun, nous pouvons nous relaxer et nous réchauffer dans une eau très chaude et thérapeutique. Quand nous ressortons du bain, il fait nuit noire. Nous demandons aux dames du onsen si elles ne connaissent pas un endroit abrité pour que l'on puisse planter notre tente qui prend l'eau. Finalement, l'une d'entre elles nous rapporte des bouteilles d'eau potable sulfureuse en nous expliquant que c'est bon pour notre corps, puis elle nous invite à suivre sa voiture jusque sous un pont où les gens du village réunis en petite coopérative agricole entreposent la paille de riz. Bien à l'abri du vent et de l'humidité, c'est un endroit idéal. Il y a même une petite cabane avec des toilettes, une cuisine et de la lumière. Nous nous offrons une bonne nuit de repos avant de repartir pour la journée probablement la plus humide du voyage.
    Une pluie froide et continue s'abat sur nous, alors que c'est une étape pleine de montées. A 5 km/h nous nous laissons progressivement envahir par cette eau qui s'infiltre par les manches, le col et les fermetures. Un bref répit nous est offert le midi dans un restaurant. Les cuisinières prennent pitié et nous offrent des plats chauds, du thé et la possibilité de nous sécher près des braises qui servent à griller les poissons. Au bout d'une heure et demie de séchage, nous repartons, toujours sous l'eau. Les gens nous disent que demain, c'est le même vilain temps. Au bout de 70 km nous trouvons une aire de repos. Le magasin vient de fermer, il ne nous reste que les toilettes et pour une fois, pas de douches chaudes ni de sèche-mains. Un autre pèlerin cycliste s'est réfugié ici, pour une nuit. Nous faisons connaissance et nous installons nos tentes sous l'abri de la place de parking pour handicapés. Malheureusement pour nous, pendant la nuit, le vent tourne, il tombe de violentes averses et il y a même du tonnerre. Résultat, au petit matin, notre tente est une piscine et tout, absolument tout est mouillé. Rien ne sèche et le temps est toujours à la pluie. Nous décidons de rester une journée supplémentaire et de déplacer le campement de l'autre coté de la route sous l'appentis d'une maison abandonnée au pied d'une falaise. Nous entamons le séchage de nos affaires et pour nous réchauffer, nous passons toute la journée sur les tatamis du salon de thé de l'aire de repos. Parfois il faut savoir s'arrêter. Le lendemain, le soleil est revenu, il fait un temps magnifique et bon pédaler. Nous venons de traverser d'est en ouest l'île de Shikoku. Un dernier col à près de 800 mètres puis une énorme descente de 15 kilomètres qui nous conduit à la mer pour prendre un bateau et retourner à Onshu sur la route d'Hiroshima.

    Nous avons deux heures de traversée et lorsque nous débarquons à Yanaï à proximité du projet de centrale nucléaire, le soleil se couche. Jamais facile de trouver un bon endroit où dormir lorsqu'il fait nuit et que nous sommes en ville. Après un dîner dans une grande surface, installés sur des tables en plastiques dans le coin pachinko pour enfants, nous demandons aux employés s'ils connaissent un parc tranquille pour camper. Nous aurions mieux fait de ne rien demander car les voilà partis à chercher des plans de cadastre pour nous montrer exactement où se situe le camping. Nous ne comprenons pas grand chose à leurs indications, simplement il nous semble avoir repéré un parc dans le centre ville. Comme le ciel se couvre à nouveau et que la météo annonce le retour de la pluie, après avoir longuement hésité, nous nous installons confortablement dans les grands toilettes handicapés du parc. Le gardien nous a repéré mais il nous laisse tranquille et heureusement car la pluie tombe toute la nuit. Demain, une longue journée nous attend. Nous allons à Hiroshima.

     


    votre commentaire